Blog Yoga

Vers 3.2a
Vous êtes ici : Accueil YogaNet.fr > Blog Yoga > Swami Vijayananda
 
Swami Vijayananda 04/08/2010

Swami Vijayananda
le bonheur dans la victoire

 

Vijayananda, nom donné par Ma AnandaMayee, littéralement le bonheur dans la victoire, n'est plus de ce monde depuis le 5 avril 2010. Son corps a été inhumé à Paris, au cimetière du Père-Lachaise le 26 avril 2010.

 

Il avait 95 ans, une parfaite maîtrise de son mental, donnant des enseignements d'une exceptionnelle qualité. Médecin Français, né à Metz, sous le nom d'Abraham Jacob Weintrob, il pratique la médecine pendant 10 ans près de Marseille avant de partir en Inde à l'âge de 36 ans. Là, il y rencontre Ma et devient son disciple, vit près de 8 ans à Bénarès dans son ashram puis voyage avec elle dans toute l'Inde avant de se retirer seul pendant 7 ans sur les contreforts de l'Himalaya, au nord de l'Inde.

 

"C'est une très belle vie la vie en solitaire... Si c'est votre karma, tout vient naturellement... Même si vous avez envie d'un chou à la crème, vous l'aurez... (rires)
Si vous avez le courage de tenir le coup, ça viendra automatiquement, vous êtes poussé de l'intérieur, ça vient de l'intérieur."

 

II suit l'enseignement de Ma et mène une vie spirituelle intense.


 

Ma AnandaMayee (1896-1982)
Ma AnandaMayee, littéralement Mère de Béatitude, est considérée comme la femme Sainte la plus connue et la plus aimée du XXÈme siècle. Originaire d'une famille pauvre de brahmanes du Bengale, elle manifesta très jeune des dispositions spirituelles exceptionnelles. Elle ne donnait pas d'enseignement général, mais proposait des voies propres à chacun, comme elle le disait :
Chacun est là pour remplir une fonction particulière
.

 

Considéré comme un Mahatma, Grand Etre, il pratique beaucoup de méditation.

 

"Il y a deux voies : la voie intellectuelle et la voie de la dévotion.., Les gens intellectuels se méfient de la dévotion. Une aile pour la dévotion, une aile pour la connaissance. La vraie méditation : si vous êtes capable constamment de voir...

 

Quand vous parlez à quelqu'un, vous ne laissez pas s'échapper l'observation du Bhav. Le Bhav, c'est l'émotion de base. Ça c'est la méditation constante, ça c'est l'idéal...

D'être constamment conscient des mouvements mentaux. Et vous pouvez les arrêter quand vous voulez La méditation idéale. L'attention constante. Constamment alerte. Constamment voir les vagues. Être capable de les supporter ou de les changer comme vous voulez. Vous regardez votre mental et vous verrez qu'il change constamment de Bhav. Par exemple vous vous dites : ce jour-là, j'ai eu une poussée de colère, de peur, d'inquiétude... Ceux qui ne savent pas vont lancer une vague opposée et ça augmente encore...

Le mental... Bien connaître ses mouvements, observer ce qui se passe, ne pas envoyer de contre vague... C'est comme un ordinateur, quand on connaît les règles, on peut s'en servir.

La maîtrise du mental est une science difficile, mais celui qui y arrive... Il a tout gagné. "

 

II ne retourna jamais en France.

"En France, il se peut qu'il y ait des sages, mais cachés dans les monastères car on se moquerait d'eux ! "

 

II passe plus de 25 ans à l'ashram de Kankhal, où repose le corps de Ma, y fut président de l'ashram et membre de tous les conseils importants de l'organisation. Un peu avant le soleil couchant, il quittait sa chambre, venait s'asseoir près du Yagna, feu sacré... Vêtu de sa robe orange... Pur ravissement. Là, il répond aux questions, conseille, partage avec douceur et fermeté à la fois, humour, ouverture et connaissance, des instants précieux auprès de ceux qui viennent le voir du monde entier et de toutes origines.

 

"Ce que j'aime, c'est l'émotion religieuse.
L'émotion religieuse est partout la même. C'est la base de l'esprit humain.
Vous pouvez être à l'aise dans une église, dans une synagogue, dans une mosquée. C'est la même chose si vous sentez l'émotion religieuse Le mieux c'est prendre la conscience universelle qui est la même partout.

Si vous avez besoin, vous prenez une ligne. Mais le but est toujours le même. Quand vous voulez arriver au sommet d'une montagne, il y a beaucoup de routes... Alors vous prenez une route, vous suivez votre route
quelle qu'elle soit. Quand vous serez au sommet, Vous n'avez pas besoin de route. On imagine que sa route est la meilleure, ce n'est pas vrai,
C'est le défaut de beaucoup de religions.
Une fois au sommet, vous voyez toutes les autres, Comme ça vous serez à l'aise dans toutes les atmosphères.

Ce qui est mauvais c'est l'intolérance.
Les gens qui ont de vrais bhavs religieux sont tous frères et sœurs,
Quelle religion qu'ils soient. Quand vous êtes bien convaincus, vous n'avez pas de conflits, avec personne, ceux qui sont sincères, pas ceux qui veulent des pouvoirs."

 

À certains moments, il fait preuve d'une grande précision lorsque cela est nécessaire. Une fois sur une question posée sur les dangers du yoga en général et en particulier sur le yoga postural : comment s'en apercevoir ? Il répond : "La colère surgit, le désir sexuel... Besoin de contrôler son esprit ".

L'humour est souvent son compagnon.
Un jour, quelqu'un lui a souhaité de vivre jusqu'à 120 ans.
Il répond : " Ne parlez pas de malheur ! "
Depuis plusieurs mois, régulièrement, il racontait son dernier entretien privé avec Ma. Où en lui montrant son corps, elle dît : Ce corps est Maya (illusion), je suis omniprésente. II se méfie beaucoup des transcriptions de l'enseignement spirituel. Il soulignait parfois certaines phrases de Ma, issues de livres, qui, sorties de leur contexte, perdent tout leur sens. Il donnait suivant les soirs, suivant les personnes présentes, des réponses très différentes sur certains points.

 

"Un sage ne dit pas de choses générales.
Mais il se connecte à une ou plusieurs personnes qui comprennent ce qu'il dit. Les livres ne peuvent pas transmettre les enseignements, on ne peut pas les généraliser. C'est comme les paysans qui lancent des graines dans la nature. Des fois il y en a qui poussent, des fois il y en a qui tombent dans un terrain fertile. L'enseignement spirituel il faut le mettre en situation"

Aussi, nous restions assis auprès de Swami Vijayananda de , longs moments en silence. Une paix, une attention extrême, un amour infini, nous entouraient. Il n'y avait plus de temps... Le tout, la plénitude, le vide...

"Le temps c'est le mouvement. Le Suprême c'est l'éternité. *

 

Paroles inédites de Swami Vijayananda recueillies par mes soins entre 1998 et 2010, certaines issues d'entretiens personnels

Auteur : Caroline Abitbol

Photographe professionnelle depuis les années 80, Carolinbe part et travaille en Inde dès 1995 et y effectue des séjours de plusieurs mois. Elle rencontre Swami Vijayananda à Kankhal pendant la Khumha Mella d'Hardwar, il y a 12 ans. Depuis, chaque année, elle part à la rencontre de Swami Vijayananda à Khankal et y reste déplus en plus longtemps à chaque fois. En 2005 et jusqu 'à aujourd'hui, elle décide d'y vivre près de la moitié de l'année.

Plus d'infos : http://www.carolineabitbol.com.

 

Avec l'aimable autorisation de la revue Infos-Yoga



Revue Yoga  Infos-Yoga
Commentaires : 1|

Il existe 2 Articles pour cette Catégorie :<<12

Le 23 Septembre 2017

<<Août 2010>>

DLMMJVS
1
2
3
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Commentaires :
10/09/17 par bruno
08/09/17 par Isa
01/09/17 par fred
02/08/17 par Agathe
01/08/17 par Helene
16/06/17 par Laura
23/05/17 par Isabelle
29/04/17 par Web
21/04/17 par Kevin
Non inscrit ?
Commentez sur le Blog

Un sujet ?
Devenez co-auteur du Blog
Catégorie :
Médecines douces alternatives