Vous êtes ici : Accueil YogaNet.fr > Blog Magazine Yoga > Cycle des temps dans le Sanâtana Dharma
 
Cycle des temps dans le Sanâtana Dharma 09/08/2020

Le Sanâtana Dharma propose ainsi une cosmogonie des cycles du temps :

 Kalpa : il s’agit du plus grand des cycles du temps qui correspond à un jour de Brahmā, à chacun de ses jours, le monde perdure un nombre incalculable d’années humaines (environ 8,64 milliards d'années humaines de 360 jours), puis se résorbe à chacune des nuits de Brahmā. Ce cycle englobe 14 âges de l’humanité appelé Manvantara.

Manvantara : le manvantara correspond à une période de Manu, l’homme primordial,  présidée par lui-même et ses fils. Chaque manvantara englobe 71 mahayuga, puis se résorbe dans le chaos. Nous sommes dans le 7eme manvatara appelé Vaivasvata Manu, (Vaivasvata signfiant fils du dieu soleil Vivasvant).On raconte qu’un déluge, un cataclysme terrestre, mit fin à la sixième humanité, celle qui précéda la nôtre. Vishnu sous la forme d’un Poisson, informa le juste Satyavrata de l’imminence du cataclysme, lui fit bâtir un navire et , lorsque les pluies commencèrent, lui ordonna de s’embarquer avec les sages, les plantes et les animaux. Le Poisson divin remit également à Satyavrata – qui devint le Manu de l’humanité présente – les Védas, c’est-à-dire tous les germes spirituels devant servir à la restauration du monde après le déluge. Cependant, il faut bien comprendre que cette succession indéfinie, cette correspondance analogique avec les cycles n’impliquent pas une répétition exacte et mécanique. Il ne s’agit pas « d’un éternel retour » , des mêmes évènements, des mêmes êtres ou des mêmes choses. Chaque humanité évolue sur une terre en quelque sorte renouvelée, réglée par une position particulière du pôle et par des positions différentes des constellations.

Mahayuga :  Chaque mahayuga comporte 4 cycles élémentaires appelés yuga,
soit 1- kṛta-yuga, 2- treta-yuga, 3- dvāpara-yuga, 4- kali-yuga.

Ces cycles (appelés aussi Chatur-Yuga)  répondent à une règle arithmétique selon laquelle le kṛta vaut une durée de 4, le treta une durée de 3, dvāpara une durée de 2 et le kali une durée de 1. Ainsi la division du  mahayuga s’effectue donc suivant la formule 10 = 4 + 3 +  2 + 1.

Ces nombres sont aussi ceux des pieds du taureau symbolique du Dharma qui sont figurés comme reposant sur la terre pendant ces mêmes périodes. Il y a ainsi une dégénérescence progressive du respect de l’ordre moral et des lois éthiques valant pour les hommes.

Tara Michaël a réétudié la question des correspondances entre les calendriers védiques, perses et nos calendriers modernes. Ces correspondances en vérité ont été perdues ou interprétées de manière très différente, ce qui laisse place au doute et à l’inexactitude. Le travail de Tara Michaël constitue un exposé savant basé sur un cycle complet de la précession des équinoxes relevant de l’observation astronomique du parcours de notre planète dans l’espace interstellaire. En effet il faut savoir que la rotation de notre planète se comporte à l’image d’une toupie dont l’axe effectue une rotation en même temps qu’elle tourne sur elle-même. Le mouvement de rotation de la Terre sur elle-même est donc accompagné d'un lent changement de direction de l'axe de rotation de la Terre. La précession des équinoxes est bien ce décalage progressif de la direction où sont vues les étoiles, d'un siècle à l'autre, à raison d'une rotation complète, tous les 26 000 ans environ. Aujourd’hui nous savons que ce cycle fait exactement 25 785 années humaines, et 25 920 ans pour la valeur traditionnelle qui est un nombre approché mais choisi pour sa valeur cyclique (25 920 = 72 * 360).

En fonction de toutes ces correspondances voici les calculs de Tara Michaël :

Kṛta-yuga : 3 456 * 4 = 13 824 ans correspondant à 192° du cercle zodiacal ou durée de la précession des équinoxes.

Il représente la première période de renouveau et l'âge d'or de l'humanité régit alors par la conscience divine. Il est également nommé satya-yuga l’âge de la vérité, car les hommes et les femmes ont une connexion directe avec le divin. Leur cœur est pur et ils obéissent aux règles de justice et de sagesse des institutions sacrées.

« Le kṛta-yuga, ‘âge parfait’,  a été nommé ainsi parce qu’il n’y avait alors qu’un seul dharma et tous les hommes étaient sages ; par conséquent ils n’avaient pas besoin d’accomplir de cérémonie religieuse. Les gens n’achetaient ni ne vendaient ; il n’y avait pas de pauvres ni de riches. Il n’y avait aucun besoin de travailler, car tout ce dont les hommes avaient besoin était obtenu par le simple fait de le désirer ; il n’y avait pas de maladie, pas de diminution du nombre des années ; il n’y avait pas de haine, ni d’orgueil, ni de pensée mauvaise d’aucune sorte, pas de souffrance, de peine ni de peur. L’humanité entière pouvait atteindre l’état suprême. L’Âme du monde était blanche. L’identification du soi avec le Soi universel était toute la religion de l’âge de vérité. » Mahābhārata III. Vana-parvan, tīrta-yātra

Tṛeta-yuga : 3 456 * 3 = 10 368 ans correspondant à 144° du cercle zodiacal.

Pendant le treta-yuga, appelé âge d’argent, le pouvoir des humains diminue légèrement. Les gens deviennent plus matérialistes et moins enclins à la spiritualité. Les hommes doivent faire un effort pour se souvenir des règles de la loi naturelle et retrouver une connexion avec le Divin. Les guerres ont éclaté fréquemment et les changements climatiques sont devenus monnaie courante, donnant naissance à des déserts et des savanes semi-désertiques.

« Dans le treta-yuga, les sacrifices commencèrent, l’Âme du monde devint rouge ; la vertu a diminué d’un quart, l’humanité se mit à rechercher la vérité et à accomplir des cérémonies religieuses. Les gens obtinrent ce qu’ils voulaient par le don et par leurs actes sacrés. » Mahābhārata III. Vana-parvan, tīrta-yātra

Dvāpara-yuga : 3 456 * 2 = 6 912 ans correspondant à 96° du cercle zodiacal.

Appelé aussi l'âge du bronze, le Dvāpara Yuga voit le déclin de la moralité et de la pratique spirituelle du yoga. À mesure que les gens s’élognent du Divin, ils deviennent plus égoïstes, zélés, trompeurs ainsi qu’en quête de plaisir. Dvāpara Yuga est aussi l'âge des événements de l'épopée du Mahābhārata ,  y compris de l'incarnation de Kṛṣṇa et de son rôle dans la bataille contre le mal. Cet âge a pris fin lorsque Krishna a quitté la Terre pour retourner dans sa demeure éternelle.

« Dans le dvāpara-yuga, l’aspect de l’Âme du monde devint jaune ; la vertu diminua de moitié. Le Véda fut divisé en quatre parties, et bien que certaines personnes atteignissent la connaissance des quatre Védas, d’autres n’en connaissaient que trois ou même qu’un seul. Les facultés mentales s’affaiblirent, la vérité déclina, le désir apparut, ainsi que les maladies et les calamités ; à cause de cela les hommes durent entreprendre de difficiles ascèses. Ce fut un âge décadent en raison de la prévalence du mal. » Mahābhārata III. Vana-parvan, tīrta-yātra

Kali-yuga : 3 456 * 1 = 3 456 ans correspondant à 48° du cercle zodiacal.

Le Kali est l’âge de fer durant lequel les hommes souffrent et n’ont plus guère de contact avec le Divin. Dans cette ère, les machines sont omniprésentes, elles déshumanisent la plupart des fonctions sociales. Â la fin de ce cycle, qui est notre époque actuelle de perdition, l’homme est entrainé vers le chaos, il subit les tribulations prophétiques, ce sont  les épreuves du temps qui engendrent la destruction de l’humanité toute entière. D’après les calculs de Tara Michaël, les tribulations commenceraient autour de 2030-2035 pour s’achever vers 2050-2060. 

Selon Michel Chauvet, il est important de rapprocher ce calendrier, avec les prophéties de la Vierge à Fatima (Portugal), à la Salette (France), à Akita (Japon). Concernant les apparitions de la Vierge à Fatima, il y a eu le plus grand miracle du XXeme siècle avec « Le Miracle du soleil », ou la danse du soleil, (en portugais : O Milagre do Sol). C’est le nom donné au phénomène céleste observé le 13 octobre 1917 à Fátima à midi (heure solaire, ou 13 h 45 heure légale), dans le cadre des apparitions mariales de Fatima par 40 000 à 50 000 personnes, (certaines estimations donnent 70 000 personnes).  Ce phénomène s’est manifesté pendant environ 10 minutes à Cova da Iria, près de Fatima, au Portugal. Trois mois plus tôt, la date et le lieu de ce miracle avaient été annoncés par les enfants bergers de Fatima, sans connaître pour autant sa nature même. Ce phénomène, couvert par la presse et même un photographe professionnel a donné lieu à de multiples articles de journaux durant des semaines.

La vierge a laissé plusieurs messages aux trois enfants bergers. Lúcia de Jesus dos Santos fut la seule à survivre pour atteindre l’âge adulte, elle se réfugia de la curiosité du monde dans un couvent au carmel de Sainte-Thérèse à Coimbra, dans le centre du Portugal, où elle a mené une vie pieuse et contemplative. Elle écrivit le dernier message transmis par la vision de la Vierge et le remit au Pape Pie XI qui ne voulut jamais le divulguer. Les papes suivants gardèrent également le secret sur ce dernier message prophétique.  C’est finalement Jean-Paul II qui eut une relation particulière avec la Vierge de Fatima qui donna en substance le dernier message de la Vierge. Il faut savoir que Jean-Paul II fut victime d’un attentat qui menaça sa vie.  La tentative d'assassinat de Jean-Paul II eut lieu le 13 mai 1981, lorsque Mehmet Ali Ağca, membre de l'organisation islamiste et nationaliste turque des « Loups gris », tenta de tuer le pape Jean-Paul II, sur la place Saint-Pierre au Vatican. Le pape fut touché plusieurs fois et perdit une grande partie de son sang avant d'être hospitalisé. Après son opération à l’hôpital du Vatican, durant son hospitalisation, Jean Paul II connut une nuit mystique qui le mit en relation avec la Vierge de Fatima, il fit la corrélation avec le fait que la balle dévia in extrémis de son cœur pour aller se loger hors des organes vitaux. Il constata que le jour et l’heure de l’attentat coïncidaient parfaitement avec l’anniversaire de la première apparition mariale le 13 mai 1917. Il demanda à se faire porter le message de la sœur Lucie et connut une grande passion et un grand dévouement pour les commandes de la Vierge de Fatima. Le secret du dernier message fut délivré de la bouche même de Jean-Paul II, lors de son dernier discours public à Fatima, peu avant sa mort, il annonce la proximité des tribulations pour l’humanité tout entière.

La balle reçue par Jean-Paul II a été remise à l'évêque de Leiria-Fatima à l'occasion de son passage à Rome en mars 1984. Le Pape lui a remis ce projectile après l'attentat, pour qu'il soit gardé dans le sanctuaire, « en reconnaissance à la Vierge pour lui avoir sauvé la vie ». Sur l'initiative  de l'évêque, la balle a été enchâssée dans la couronne de la statue de la Vierge de Fatima. Le joailler précise : « la balle a parfaitement été emboîtée dans l’espace vide, laissé en 1942, à la jonction des huit tiges qui forment la couronne ».

Enfin il faut encore évoquer la prophétie de saint Malachie (1094-1148), évêque d'Irlande. Elle énumère 111 brèves devises décrivant Célestin II, pape en 1143, et ses successeurs, ainsi que deux paragraphes prophétiques sur Pierre le Romain, dernier à siéger avant la destruction de Rome et le jugement dernier. Selon cette prophétie, le pape actuel François qui se présente comme l’évèque de Rome serait le dernier avant la fin de l’église catholique.

Dans le Kali Yuga :

«  La terre n’est plus appréciée que pour ses trésors minéraux ; les agriculteurs délaissent leurs champs pour exercer des métiers mécaniques ; les chefs, au lieu de protéger leurs sujets, les exploitent, et sous des prétextes fiscaux, les ruinent ; les prêtres convoitent les richesses et vendent les écritures sacrées ; les ascètes quittent les forêts pour habiter les villes, tandis que les charlatans se travestissent en homme de Dieu et s’arrogent les offrandes du peuple ; les serviteurs abandonnent leur maître, même les plus excellents  de tous, s’il perd ses ressources et les maîtres rejette le serviteur devenu vieux dans sa famille quand il n’a plus besoin de lui ; les enfants ne respectent plus les adultes puisque les adultes ne veillent plus sur les enfants ni sur les vieillards ; seul l’argent confère le prestige et celui qui le distribue le plus habilement domine les hommes ; le mode de vie s’uniformise, au sein d’une promiscuité générale ; le mariage cesse d’être sacré et la femme devient un simple objet de satisfaction sexuelle, en même temps que sa féminité s’altère sans la mesure où elle cherche désormais à imiter l’homme ; tandis que la santé et l’apparence corporelle tiennent lieu de culte suprême les gens éprouvent, plus que jamais,  la terreur de la mort en même temps que la pauvreté les épouvante. » Résumé de Pierre Feuga dans le Tantrisme : doctrine, pratique, art, rituel p.36 selon les passages du Viṣnu-Purāna, Bhāgavata-Purāna et Shiva-Purāna.

 Toutefois, il est dit aussi que dans cet âge noir, la lumière divine peut y être perçue de manière encore plus éclatante. Pour les âmes sincères en quête de vérité, il est alors possible de se libérer du Karman de manière rapide et abrupte.

Source : Tara Michaël,
Adaptation : Michel Chauvet

Site de Tara Michaël : www.tara-michael.com
Le miracle du soleil :  wiki/Miracle_du_soleil



Michel  Chauvet
Commentaires : 2|

Il existe 2 Articles pour cette Catégorie :12>>

Le 1 Décembre 2020

<<Août 2020>>
DLMMJVS
1
2
3
4
5
6
7
8
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Commentaires :
16/09/20 par ella
13/09/20 par Crypto
23/08/20 par Corinne
17/08/20 par Laurence
20/06/20 par Raphael
13/06/20 par Pierre
13/06/20 par Pierre
13/06/20 par Gilles
03/05/20 par Laura
Non inscrit ?


Un sujet ?
Catégories :
Médecines douces alternatives