Shirsasana

Traduction :

Posture sur la tête.

Introduction :

La posture sur la tête est l'une des postures les plus emblématiques du Yoga, elle symbolise l'inversion du regard que prend le Yogi sur les affaires de ce monde, à savoir : non pas une attirance fallacieuse vers les objets extérieurs et matériels, mais bien une chance pour accomplir l'intériorité de son être, non pas l'illusion d'avoir tout son temps dans un éternel recomencement, mais bien l'exercice d'une course contre la montre vis à vis de sa propre mort.

De manière générale les postures inversées provoquent une plus forte activation des phénomènes énergétiques recherchés : profond déconditionnement, prolongement de la vie, et prise de conscience plus aigüe de l'intériorité de l'être.

Présentation :

Pour commencer il faut prendre comme la posture de l'embryon en appuyant le sommet du crâne au sol, il faut également joindre les mains avec les doigts enlacés, autrour de la tête, les coudes ne devant pas être trop écartés, mais plutôt assez rapprochés vers l'intérieur, les avant bras bien en appui sur le sol :

Ensuite il faut lever le bassin et tendre les jambes vers l'arrière, avec uniquement les orteils en appui. Dans cette position, il faut procéder comme suit : tout en restant la tête et les avant-bras bien fixés au sol, il faut essayer de faire comme des petits pas vers l'avant, avec les pieds qui vont se raprocher de la tête, provoquant par là même une élévation du bassin jusqu'à la verticale :

Tant que le bassin n'est pas bien positionné, l'appui avec les pieds ne peut pas être substitué complètement par celui de la tête et des avant bras :

Attention : lorsque l'on débute dans la posture, et que l'on est dans la phase d'apprentissage, il faut veiller à dégager l'espace dans le dos, et même à mettre quelques coussins, et autres couvertures, car dans les premiers temps, dans la recherche de l'équilibre, il est inévitable de basculer en arrière et de tomber lourdement sur le dos.

Enfin arrivé à cette dernière posture et seulement après avoir établi fermement l'équilibre, il devient assez facile de tendre progressivement les jambes pour prendre la position définitive :

A ce niveau, il faut d'abord s'exercer les yeux ouverts, qui fixent un point à l'horizontale, puis après avoir bien maîtrisé l'équilibre général, il est recommandé de pratiquer les yeux fermés, donnant encore plus d'intensité à la pratique.

Attention : Pour commencer, résider seulement quelques secondes dans la posture complète, et revenir par le processus inverse du mouvement des jambes pour reprendre la position de départ. Sur une inspiration se redresser et bien vérifier que les cervicales ne sont pas douloureuses. Si c'est le cas, il est fortement recommandé d'enserrer le cou avec les mains liées derrière la nuque et les coudes ressérés devant soi. Dans tous les cas faire aller et venir le souffle dans la colonne et fixer intensément le point intersoucilié, dans la vision intérieure.

Sinon, dès que les cervicales et les muscles du cou, le permettent, il faut résider dans la posture définitive, au moins 3mn voir plus, selon la limitation physiologique et la détermination du moment. Le souffle doit être laisser libre, il faut simplement observer les pauses à plein et à vide, pour s'enfoncer progressivement dans un souffle purement énergétique.

Cette posture demande beaucoup d'entrainement, il n'est pas conseillé de s'y jeter à corps perdu, dès le début pendant de longues minutes. Il faut plutôt l'apprivoiser en la rajoutant systématiquement dans sa pratique personnelle, et voir au fur et à mesure, s'il est possible d'allonger le temps de station la tête en bas.

Il ne faut se tromper, il s'agit d'une pratique intense, seuls les grands Yogis, sont aptes à la prendre plus de 10mn d'affilé, car avant de pouvoir tenir aussi longtemps, il faut s'astreindre à un véritable entraînement quotidien, un véritable défi.

Néanmoins, cette posture a de grands avantages :

Elle inverse le processus énergétique dans tout le corps, ce qui était en haut vient en bas et inversement, cela a pour effet de soulager la circulation veineuse des jambes et dans un même temps celle de l'aorte jugulaire vers le cerveau. Cette posture ravive complètement toute la circulation sanguine, ce qui est d'un grand profit immédiat.

Enfin de manière plus subtile, il est dit, que cette posture, permet de récupérer l'écoulement du nectar d'immortalité, qui perle depuis la glande pituitaire, afin de ne plus brûler ce précieux liquide dans la combustion du feu digestif mais au contraire de le garder au niveau de la zone cérébrale. C'est dit-on un gage de rajeunissement, de bonne santé et de longévité.

Version en Padmasana :

C'est pourquoi les Yogis ne tardent pas à se remettre sur la tête, pendant qu'il est encore temps ...

Variante :

Conseils :

  • Allonger progressivement le temps de la posture
  • Trouver l'aplomb au dessus du crâne qui fait tenir plus facilement.

Astuces :

  • Ne pas trop écarter l'angle des bras au sol..

Bienfaits :

  • Ralentissement des processus de vieillissement.
  • Régénère les fonctions du cerveau.

Auteurs :

Modèle : Laurent gélis, Anthony
commentaires :Michel Chauvet
composition :Michel Chauvet

Liens :

Retour Haut de page