Vrikshasana

Traduction :

La posture de l'arbre

Introduction :

La posture de l'arbre est un exercice d'équilibre redoutable surtout les yeux fermés. Cet exercice révèle notre état intérieur : Suis-je stressé ? et l'arbre vacillera ! Suis-je serein ? et l'arbre tiendra avec aisance...

Dans cette posture d'équilibre, il faut bien relâcher le pied d'appui et s'ancrer fermement au sol, mais il faut aussi se redresser et mettre le coeur en avant. A l'image de l'arbre qui tend ses hautes branches vers la lumière du soleil, il faut sentir depuis la fontanelle, une énergie qui tend vers le haut. Le secret de cette posture est donc autant son ancrage dans la terre que son élan vers le ciel.


( Photographie Yoga Magazine no 3 )

Voici ce que nous dit Shri Mahesh, concernant Vrikshasana:

" Depuis les origines les plus lointaines du monde, l'homme s'est identifié à l'arbre et en a fait le symbole de la totalité de son être. Le yoga ne sépare l'homme ni de la terre, ni du ciel. Les deux sont en lui, et dans cet exercice l'homme les réunit symboliquement…"

NdR : Selon le principe d'équivalence entre l'extérieur et l'intérieur, le macrocome et le microcosme... dans cette posture, la réunion du ciel et de la terre est tout aussi symbolique que physique.

Description :

En expirant prendre un appui ferme par exemple sur le pied droit, replier la jambe gauche et ramener le pied gauche en appui sur le haut de la cuisse droite au dessus du genoux. La pointe du  pied est vers le bas et le talon est légèrement en dedans vers l'avant. Prendre le geste des mains jointes devant la poitrine et fixer un point dans l'espace.

S'il y a des difficultés d'équilibre, on peut s'approcher d'un mur :

  • soit de face pour fixer un point sur le mur, ce qui amène plus de stabilité.
  • soit carrément de côté avec un bras qui peut s'appuyer pour garder l'équilibre
        (prendre alors la posture avec les bras tendus vers le bas sur le côté)

La fixation oculaire est très importante, elle est un véritable appui pour l’équilibre. Le pied au sol doit être le plus décontracté possible, il faut comme l’indique le nom de la posture s’enraciner au sol.

Dans tous les cas il ne faut pas hésiter à bien se redresser et à mettre le cœur en avant, de plus il faut exercer la contraction de la racine (Mulâ Bandha) et voir l'axe relier la base à la fontanelle.

Le souffle doit être le plus fin possible, quasi inexistant, il faut rester au minimum 3 minutes de chaque côté, puis augmenter le temps progressivement jusqu’à ressentir que l’on passe un cap, après il est possible de s’engager jusqu’à une demi-heure (un gatikha) de chaque côté.

Enfin s’essayer les yeux fermés : dans un premier temps on peut fermer juste un œil celui de la jambe repliée, puis les deux. Toujours équilibrer le temps de chaque côté.

Variantes :


( photo istockphoto )

En dynamique :

  

Sur une expiration pleine et entière descendre le buste très lentement, les mains tendus jusqu'à toucher le sol. Rester en bas aussi longtemps que possible, bien allonger le souffle. Enfin sur une seule inspiration remonter très lentement.

Autres Variantes :

En dynamique :

  

Conclusion

Celles et ceux qui tiennent la posture pendant au moins cinq minutes les yeux fermés sont en Yoga, les autres ont encore des efforts à faire pour y parvenir...

Conseils :

  • Jambe de terre bien tendue et forte.
  • Presser également le pied plié contre la cuisse et la cuisse contre le pied. Ce contact ferme sert d'appui.
  • Ne pas s'inquieter si dans un premier temps, les pensées au lieu de se calmer, se font plus pressantes :
    c'est le travail qui s'effectue.

Astuce :

  • Considérer que l’on tient également par le haut, à l’aide d’un point au dessus de la fontanelle.
  • Fixer un yantra sur un mur à hauteur des yeux et fixer le point central pendant au moins 5 minutes
    fermer les yeux et continuer de fixer l'image rémanente du point central.

Bienfaits :

  • Renforce les jambes et assouplit les épaules, les hanches, les genoux et les chevilles.
  • Développe le sens de l'équilibre, la concentration, la lucidité et la stabilité mentale.
  • l'ascension verticale des bras ouvre le thorax et favorise la purification du coeur.

Auteurs :

images : Yogi inconnu dans l'Himalaya (photo Yoga Magazine no 3 - dernière parution Mai 2007)
Yogini inconnue photo libre de droit (site istockphoto)
Helène Guiter, Renan de Germain
commentaires : Renan de Germain et Michel Chauvet
composition : Michel Chauvet

Liens :

Osmose Paris Yoga le site de Renan de Germain

Atelier Yoga le site de Helène Guiter

Retour Haut de page