Vous êtes ici : Accueil YogaNet.fr > Blog Yoga > Le Yoga du Rire
 
Le Yoga du Rire 01/10/2007


Le yoga du rire ou Hasya Yoga est ancien, il convient de le considérer avec sérieux (Non sans rires !), à vrai dire il constitue une partie intégrante du yoga traditionnel.  Ce yoga consiste principalement à rire sans aucune raison apparente, (Ha ça va mieux !) il s'agit d'un acte purement gratuit qui cherche à retrouver l'énergie spontanée du rire. Mais, me direz-vous, pourquoi se forcer à rire ?

Dans le yoga, il existe un principe constant que nous appellerons « le pouvoir de mimétisme ». Le yoga affirme qu'il n'y a pas de différence entre l'extérieur et l'intérieur, entre le microcosme et le macrocosme, entre l'être et l'univers. C'est à cause de ce principe fondamental que les phénomènes extérieurs nous affectent de l'intérieur.

Quand un accident ou un malheur arrive, je me trouve malheureux, je fais la grimace, mes traits sont tirés et  je me ferme à toute communication extérieure (Mais non… je reste Zen  et me fiche pas mal de tous ces aléas de l'existence !). A l'inverse,  lorsqu'un un évènement heureux arrive je deviens radieux, mes traits sont épanouis et je communique mon enthousiasme autour de moi. Tout le monde admet ainsi l'influence remarquable du monde extérieur sur notre propre intériorité. Le yoga va se servir de cette grande propriété en essayant de mimer chaque forme extérieure pour en obtenir l'énergie intérieure. Rien n'est plus simple : Récitez un mantra pendant 20 minutes et vous constaterez un changement profond de votre état intérieur, (Pfff 20 minutes c'est rien du tout !). Fixez un yantra pendant une demi-heure ou plus, et vous constaterez également le même pouvoir de changement. (Quand on louche c'est encore mieux !) Pratiquez pendant quinze jours tous les matins la salutation au soleil et vous obtiendrez la chaleur de l'astre solaire. (chaud, bouillant !)  Forcez vous à reproduire un léger sourire sur vos lèvres, ne le quittez plus pendant  toute une journée et vous finirez par être réellement heureux de vivre sur cette terre. Les techniques sont innombrables, l'une d'entre elles s'appelle justement le yoga du rire. (Ouaaarfffff !).

La première visée du yoga du rire se rapproche bien évidemment du sourire intérieur, il cherche à retrouver l'énergie de la joie, de la gaîté et celle encore de la jubilation intégrale. Toutes ces énergies émanent directement des sphères cosmiques les plus illuminées (Ha oui Ananda !) C'est ainsi qu'à défaut de pouvoir s'immerger directement dans l'Amour cosmique, les pratiques du rire permettent déjà de se saisir du fil de la pelote et de tirer joyeusement dessus. Au bout, sait-on jamais, trouverons-nous peut-être l'énergie intérieure de la grande félicité ? (Félicie… aussi ! )

La deuxième visée du yoga du rire est purement physique. En effet,  rire à gorge déployée de manière fracassante ou tonitruante, entraîne des effets corporels extrêmement nombreux. La respiration devient beaucoup plus importante, les côtes et les viscères se trouvent massées, les muscles des abdominaux sont mis à rude épreuve. (Ha ha ha, mort de rire !). Les muscles du visage, les fameux zygomatiques, sont étirées, en vérité tous les muscles du visage sont mis à contribution. Il arrive même que l'on en pleure, ce qui ajoute encore un Kriya des yeux à tout ces exercices (Ha, celui là il fallait le trouver !).

Le yoga du rire se pratique volontiers en groupe, le pratiquant bénéficie alors de l'effet de contagion propre au rire. Chacun renvoie à l'autre son visage déformé par le rire. Si l'énergie circule bien, le véritable fou rire prend vite le relais, et alors le rire devient vraiment grandiose, une rareté à n'en pas douter. Le rire permet ainsi d'évacuer tout le stress, le surcroît d'émotivité qui nous taraude et nous mine de l'intérieur. Ce rire montre aussi toute la futilité de nos prétentions, toute la vanité à y discerner quelque orgueil. Dans le yoga du rire son histoire personnelle est nulle et non avenue. Il ne faut surtout pas se prendre au sérieux, c'est un jeu. On est bien là pour s'amuser, pour profiter d'une telle occasion et ce n'est pas si fréquent ! Enfin certains n'hésitent pas à en faire une véritable thérapie de groupe…

La troisième visée est moins connue, elle propose de s'aventurer loin des sentiers battus. Il s'agit de chercher à se déconditionner de notre environnement immédiat et de bazarder joyeusement tout le fatras socio culturel qui nous encombre. (Il va jeter le bébé avec l'eau du bain !). Plus concrètement, après avoir assoupli le corps, il faut aussi assouplir le mental. Pour ce faire le yogi s'affranchit des idées reçues, des discours bien pensants, il se méfie des idées toutes faites. Il a une fâcheuse tendance à tourner les beaux discours de nos dirigeants en dérision, pire il s'en moque ouvertement ! (Coluche revient !). Le pratiquant au yoga du rire s'efforce d'avoir un état d'esprit dépourvu de préjugés et autres croyances raisonnables. Alors même que tout le monde prend ces mêmes idées pour des réalités incontournables (Il faut gagner sa vie avec beaucoup d'argent !),  le yogi amusé comprend surtout que personne n'en a vérifié l'exacte véracité (mais ne suis-je pas entrain de la perdre ?). Enfin ce terrain de pratique est beaucoup moins évident, le yogi se détourne volontiers des chemins trop fréquentés,  il préfère plutôt couper à travers champs.

Une des pratiques les plus connues de cette nouvelle forme du yoga du rire se nomme « Bhairavi Mudrâ ». Ce geste consiste à grimacer atrocement, en montrant ostensiblement les dents. Puis il faut mener les mains au niveau du visage en crochetant les doigts comme si l'on voulait griffer. Il faut encore sortir la langue (bien baveuse !), faire les gros yeux, et enfin grogner puissamment comme si l'on voulait attraper une proie pour la dévorer. (N'oubliez pas le rideau de la fenêtre qui donne chez le voisin !)

Une autre pratique consiste à démarrer debout, puis progressivement il faut se tordre littéralement de rire. Tout en commençant à rire, le  corps se trouve parcouru de contorsions irrépressibles, il est pris de soubresauts intempestifs,  il commence à défaillir de rire. Enfin n'y tenant plus, il faut se rouler à terre d'un rire prodigieux  et démesuré. (à se rouler parterre !)

Une autre pratique un peu plus avancée consiste à rire de manière éperdue.  Ce type de rire doit évoquer la folie, une folie inquiétante, une folie dévastatrice, une folie furieuse, une folie sans borne. (Ha je savais bien qu'ils étaient tous fous ces yogi !)  Ces rires peuvent être ceux entendus dans les couloirs d'hôpitaux psychiatriques, ou bien ils peuvent être sardoniques, méchants, étranges, ou comme venus d'ailleurs…(C'est grave docteur !)  Enfin il faut puiser au plus profond de soi pour faire ressortir en quelque sorte tous ses démons intérieurs. Il va s'en dire que ce genre de pratique doit être bien encadrée, elle doit surtout mettre en valeur le témoin imperturbable, au centre, qui écoute sans jugement. Cette partie essentielle de notre  personne doit simplement goûter l'énergie qui se révèle : sa naissance depuis les profondeurs de l'être, sa grande mobilité, ses variations infinies, enfin la sensation propice d'un espace laissé libre….

Suivez  le lien, après téléchargement complet de la page vous y entendrez un rire sympathique !



Michel  Chauvet
Commentaires : 3|
Le 19 Novembre 2017

<<Octobre 2007>>

DLMMJVS
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Commentaires :
09/11/17 par Michel
23/10/17 par Samuel
18/10/17 par Jacques
18/10/17 par Jacques
18/10/17 par Jacques
18/10/17 par Jacques
18/10/17 par Jacques
10/09/17 par bruno
08/09/17 par Isa
Non inscrit ?


Un sujet ?
Catégorie :
Médecines douces alternatives